Il s'appelle NDEFFO Albert, son histoire n'est pas celle de tout le monde et raconte comment il l'a vécu avant et après son accident à lors d'un voyage.

Mot de Bonjour aux Elèves du Lycée de Dizangué(Cameroun) le 24 Avril 2006,un Lundi matin au rassemblement.
 
J'ai laissé mon pétit bâton dérrière , à mon Frère Priso,pour vous attester que je peux aussi bouger sans bâton .Je ne prend plus mon petit bâton que quand j'estime que c'est nécessaire.Mais si cette nécessité(de souvent prendre mon bâton) dévient éternel,je ne me plaindrai pas beaucoup, parceque beaucoup a été fait à mon sujet. Je m'achimine comme ceci vers le point par où j'aurais dû commencer,c'est-à-dire vous adresser un gros bonjour,une salutation chaleureuse.La salutation
est chaleureuse car j'ai gagné un peu plus que le Loto,j'ai gagné un peu plus que le Tiercé,j'ai gagné
un peu plus que tous ce vous pouvez imaginer,parcequ'il y a quelques mois, on ne pouvait pas imaginer que je puisse me ténir débout dévant vous ce matin, pour vous adresser mon bonjour.Une autre chose que je vaudrais obtenir de vous,c'est que vous acceptiez de me pardonner pour le manquement que vous auriez observé à mon égard.J'ai promis vous enseigner au moins toute cette année académique,mais le 10 Novembre dernier, un accident de circulation est venu me détouner de mes obigations .Si cet accident doit être considéré comme une faute,je pense qu'il s'agit d'une faute indépendante de ma volonté.Et pour que je m'assure que vous m'avez pardonné, il faut que vous me brandissiez à la fin de cette année scolaire, des résultats positifs.Je pense surtout aux élèves de
classe d'examen, de qui on attend un peu plus. Si donc vous revenez tous me brandir les bons  resultats scolaires à la fin de cette année, je serais sûr que
vous m'avez pardonné. Pour l'accident en question, il m'est difficile de
dire grand chose à présent. Nous avons eu juste le temps pour une pétite causerie ce matin.Mais,même une journée ne me semble pas suffisant pour conter cette histoire.Encore que moi-même ,je ne suis pas très bien informé à ce sujet car les séquences de cet accident et une partie de sa suite mes sont contés par mes vis-à-vis.Je voudrais seulement en deux ou trois phrases,

 vous resumer ce que je peux,afin que nul n'igore.Je suis parti d'ici à Dizangué le 10 Novembre 2006 en direction de Yaoundé.Nous avons été victime d'un accident de circulation entre Edéa et Yaoundé.La grande faute que j'avais commise était de ne pas appeller  ma famille  proche dans la maison de qui
j'allais, pour leur informer que j'étais déja en route.Après l'accident, un bon samaritain m'a amener (ou nous a amener) aux Urgences de l'hopital Central de Yaoundé.La Soeur Lydia (que je ne connaissais pas) de la Congrégation Saint Joseph de Cracovie(Pologne), qui y travaille, s'est occupée de moi pendant 18 jours.C'est à la 18é journée que mes amis m'ont découverts par leurs propres éfforts aux Urgence de cette Hopital .Pour le reste, me voici. Je n'ai pas complètement oublié certaines personnes,des bonnes volontés,élèves de ce Lycée qui m'avaient entourés le 09 Novenbre 2005, soit un jour seulement avant mon accident.Je les appelais les Créateurs mais ce qu'on allait mettre sur pied était le Club Ronde (des poètes) du Lycée de Dizangué .Mais on ne s'est vu qu'un fois.Le bureau de l'associaton dévait être constitué dans deux semaines.Je ne sais pas ce qu'il en est aujourd'hui .Seulement je souhaiterais que ceux-là (et les autres aussi)
continuent à écrire avec ou sans moi .Et puis, ce qu'une personne peut laisser comme propriété sur cette terre à sa mort, je pense,c'est ce qu'il a écrit ou dit .Quelqu'un disait même recemment que"Créer ,c'est vivre deux fois".Je ne sais pas ce qu'il faut continuer à dire.Mais si vous me rencontrez n'importe où et me posez une question sur ma situation sus-évoquée ou tout autre domaine,si je sais, je vous dirais ce que je sais.Et si je ne sais pas,je vous dirais que je ne sais pas.Je voudrais terminer en vous renouvelant mes salutations et en  vous priant de me pardonner.Tout ce que je vais ajouter, c'est "qu'on est ensemble."

Dizangué le 24 Avril 2006.

NDEFO NOUBISSI Thomas Albert, Ensignant.

Ses cordonnés sont : (+237)780 48 20

E-mail: ndefnoub@yahoo.com


 
Retour  

Retour à l'accueil